Nokkee

Salut famille, amis, admirateurs, conducteurs de tuk-tuk, femmes girafe, guichetiers fous, gros bidons fluorescents et iles paradisiaques,

Meme si nous n etions pas venu pour cela, on avait, comme tout le monde, entendu parler de la gentillesse des thais et de leur legendaire sourire. Gentillesse mon cul. On a surtout eu l impression que ces gens ont ete frappes par le capitalisme de plein fouet. Mais pas celui qui pousse a creer, a innover, a proposer des choses nouvelles, non. Vraiment la pire version : tout s achete et se vend. On aligne tous les prix, on les plume et on passe au suivant. Y a pas un conducteur de bus, pas un vendeur ou un patron de guest house qui  n ait essaye de nous entuber, de nous vendre un truc qu on voulait pas ou de nous donner un prix completement fou. Alors on sait, il faut negocier, c est folklorique et tout et tout. Mais quand les mecs alignent les prix et se vexent si t achetes pas ca devient beaucoup moins sympa. On a l impression que pour avoir droit a ce fabuleux sourire thai, il faut l acheter. Un jour on etait un peu perdu. On va voir une vieille dame dans la rue. On lui dit bonjour, elle nous repond <<1000 bahts>>. 1000 Baht pour quoi?! Pour nous dire bonjour?! Pour commencer les negociations?! Mais on n a encore rien demande!! Vieille de m… . Pardon.

C est donc avec ces idees en tete qu on est arrive sur l ile de Ko Chang. Il pleuvait, le rado etait pourri, les taxis nous ont encore entubes (il fixent tous des prix excessifs, mais t as pas le choix, y a pas d autre moyen de se deplacer). Bref, la terreur, on detestait cette ile avant meme de l avoir visitee.
Et puis, elle est arrivee. L’ange sorti des tenebres: Nokkee. Ce petit bout de femme – elle est vraiment tres petite- est la patronne d une guest house un peu isolee sur l ile. Et si on n avait rencontre qu elle de tout notre voyage, on aurait surement rapporte que les thais sont le peuple le plus gentil et acceuillant du monde. Elle nous a loges, conduit la ou on voulait aller, nous a ouvert la porte de sa maison et nous a meme cuisine un repas. Le tout, toujours avec le sourire en oubliant meme de nous faire payer a la fin. Et ca nous a donne du courage. On a donc loue un scooter -oui elle nous a vraiment donne beaucoup de courage- et nous avons fait le tour de l’ile. Et c est comme si on avait change de pays: tout le monde etait agrable, souriant, poli. On a fait de superbes rencontres parmi lesquelles, le gerant d un bar qui nous a avoue que depuis que le proprio de son bar etait thai et non plus anglais, il avait envie d aller s installer au Cambodge – le tout, va savoir comment, dans un francais parfait. Il nous a d ailleurs confirme notre impression: le pays et son peuple ont change, dans le mauvais sens.

Le temps etait deguelasse, les plages pourries (forcement, sous la pluie…) mais quand meme, cette ile restera une de nos preferees, un must. Une petite thai qui te raconte ses problemes de coeur avec les europeens – la vie de Nokkee ressemble aux Feux de l amour- ca n a pas de prix. Nokkee, pourquoi tu preferes les Europeens? <>

C est l avant dernier post. Un petit tout court demain, depuis Bangkok. Merci a tous nos lecteurs et on sait que vous etes nombreux et fous. On vous embrasse.

 

 



Laisser un commentaire

Un été au Portugal... |
deepakp |
Nouvelle-Zélande 2011 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rom et Chipo chez les grizzlis
| Une blonde et un chum à Mon...
| Une année étudiante à Trêves